L'obsolescence paresseuse (lazy mode)

Boujour à tous,

Arg un billet d’opinion ! Oui désolé, je voulais juste partager avec vous ma mauvaise humeur du moment. Il concerne les sociétés qui affichent des objectifs RSE merveilleux, mais fabriquent de l’obsolescence par des économies de bout de chandelles, ici dans mon vécu c’est surtout sur Android avec toutes ces apps qui accompagne tout ce qu’on achète de nos jours, on en trouve même pour les céréales de votre petit-déjeuner ou le super-marché dans lequel vous les avez acheté, et même la zapette pour auto-scanner les-dites céréales dans ledit magasin.

On entend de plus en plus gronder les hordes lorsque des acronymes sibyllins tels que “5G”, ou des termes comme enceintes/bracelets/frigo/voiture connectées fleurissent dans les médias. A tord ou à raison : on ne peut déplorer la prise de conscience de tous, et en même temps s’offusquer d’un trop grand nombre d’heures de sciences au lycée, ou de l’accroissement de l’audience des complotistes de tout poils. Désormais vous pouvez sortir avec un bac “science” et n’avoir jamais fait une intégrale … Un monde merveilleux. L’étape suivante c’est la suppression des oeuvres d’Hugo pour les littéraires, c’est trop complexe et l’homme était trop politique. Bref je m’égare.

Vous avez acheté l’objet de vos rêves après quelques semaines d’hésitation et de consultation de tous les articles de Pierre (et du forum) sur le sujet, vous lisez le manuel orné de l’indétronable QR code, et vous le scannez pour installer votre dixième application de la journée quand … apparait la mention honnie “appareil non compatible avec cette version”, le coup de massue. Et encore vous êtes un privilégié, vous avez lu le manuel et scanné le code, si vous aviez juste tapé le nom de l’application, vous n’auriez juste vu apparaitre qu’une vingtaine d’application sans rapport avec votre objet mais avec un nom similaire, et le marasme aurait pu durer bien plus longtemps. Non là, vous êtes fixés, votre appareil est en cause, c’est sa faute. Soit le fabriquant n’a pas bien fait les mises à jour, soit il est trop vieux, il faut clairement le jeter et en racheter un nouveau : vous n’avez pas d’autres solutions.

Ah ben ça, il ne faudrait pas perturber l’utilisateur au cerveau indigent avec trop de détails et lui mentionner ce qui ne va pas, pourquoi cette incompatibilité, “mais d’où” comme disent les jeunes d’aujourd’hui (voix chevrotante).

En pratique ce qui ne va pas, ce n’est ni votre vaillant “ordiphone” sous android, ni le nouveau device que vous venez d’acheter. Non tout cela est fait pour marcher ensemble, avec des puces multi-protocolaires qui valent moins cher que la tonne de papier capable de décrire tout ce qu’elles savent faire, abondamment testées dans tous les sens. Non c’est juste que le développeur sous-payé pour pondre une application asap ( = planning : c’est pour hier, tu nous fais ça en deux jours) a fait ce qu’il a pu pour que ça marche entre le dernier smartphone flambant neuf sorti de sa boite et le gadget à faire marcher dans la toute dernière norme que sa puce est capable de supporter (pour la marquer sur la boite parce que ça fait bien). Et c’est tout. Rien de plus. Donc dans les pré-requis de l’application, il y a la toute dernière version du protocole truc-bidule v5.2.34 release 14 patch 23f => et c’est tout. Si tu n’as pas au moins ça, ben t’es pas compatible désolé, tu jettes tout.

Bien entendu qu’il est possible de faire marcher la puce du gadget à la norme un poil en dessous, qui n’implémente pas le profil de commuication capable d’atteindre des vitesses de transfert instantannées, car c’est la norme, ce sont toutes des poupées russes (pour des raisons de RSE justement, la rétro-compatibilité est OBLIGATOIRE). Mais ça demande un peu plus que deux jours de développement, quelques smartphones plus anciens que celui qui sort de sa boite, des testeurs, un support et un service pour faire le suivi. Donc ben c’est pas possible, on a pas le temps. Dommage Eliane, c’était juste le dernier maillon, tout le plus dur avait été fait en amont, allez retourne au magasin pour changer ton smart-machin, c’est surement la solution, en tout cas celle qu’on voudrait vous voir choisir.

Take care comme disent les américains, c’est de saison (et merci de m’avoir lu, j’espère que ce fût aussi cathartique pour vous que pour moi :slight_smile: )

1 J'aime

Je suis à 100% de ton avis.
Du coup quand on me demande des conseils d’achat, je réponds “haut de gamme car meilleur suivi logiciel” et là, bizarrement on ne me pose plus de question… à part me répondre “mais tu propose toujours des trucs trop chers !” (je ne dois pas être assez convaincant, assurément…)

J’attendais apparemment beaucoup trop du projet Treble, des images GSI car je ne vois rien venir de significatif… (Je précise que j’aime les DRMs, ce qui exclu toute rom alternative…)
Du coup je suis passé chez Apple pour ma nouvelle tablette. Je sais que la fin du support est programmée dans 5 ans et que cette fin sera toute aussi abrupte avec le même message “version non supportée…”. Mais c’est déjà 5 ans de support assuré… Chez Samsung, même le haut de gamme à prix équivalent n’a pas 5 ans de support assuré. Samsung répond officiellement que la durée de support logiciel est directement proportionnelle au prix de l’objet. Bas de gamme = n’y comptez pas. Moyen de gamme = oui, peut-être, si ça tombe en marche, on verra… S’il y avait eu une Google Pixel Tab, je lui aurai laissé sa chance…
Dans 5 ans, quand mon iPad sera déclaré logiciellement obsolète quoique probablement toujours parfaitement capable matériellement, on verra si Google aura amélioré la situation d’Android…

Pour rebondir également sur les éditeurs d’applications, comme tu le dis, ce qui drive c’est le TTM, Time-to-Market. On s’en fout de pouvoir atterrir sur une population plus large car ce qui importe c’est d’être le premier, les early-adopters sont les mieux équipés et les plus riches… Les autres, les pauvres, avec leur vieux bouzin, bein… qu’ils y restent…

Il est vrai que pendant un temps, la solution était de s’orienter vers le haut de gamme, mais malheureusement je ne crois plus non plus à cette solution, les leaders étant eux-aussi challengés par le TTM de tous les autres (en bon français), ils s’alignent avec le même degré d’insouciance. J’ai au boulot une pile de ipad (premier du nom collector) qui ne peuvent plus que servir à aller consulter de vieilles pages sur archive.org car tout le reste n’est plus fonctionnel, impossible d’installer la moindre mise à jour, y compris des logiciels de base fournis “gratuitement” par la pomme. Et ils ne sont pas si vieux que cela. Tu as raison de rappeler que cette date de péremption est annoncée, mais tout le monde n’en a pas une perception aussi claire que toi.

Personnellement, je pense que la solution ne vient que de l’open-source (du vrai, pas celui qui est à moitié dépendant d’une brique dont on ne voit pas les sources et qui, dès qu’une communauté d’esclaves volontaires est formée autour du produit, est opportunément revendue au prix du marché de l’asservissement). Et cela n’est ni si simple à trouver, ni simple à utiliser, en tout cas cela nécessite un investissement et un temps de cerveau disponible qui dépasse de trop loin le clic sur “Accepter *les conditions* d’offrir sa vie privée”. Des compromis sont donc à trouver, on trouve de plus en plus de matériels simple à fabriquer, des initiatives s’appuyant sur des briques libres, interchangeables et réparable en cas de soucis, et dont le logiciel est véritablement libre (hormis à aller chercher au niveau du driver dans le GPU du SOC). C’est beaucoup plus cher que du tout cuit chinois, ça demande du temps, et ce sont des choix difficile à faire.

Par contre en open-source, le logiciel a une histoire, il suit les évolutions mais garde les compatibilités avec le matériel plus ancien, et alors on apprend à ne plus craquer pour le bidule tout récent, mais on peut faire remarcher tout ce que les gens jettent, le vieux scanner qui n’a pas suivi la dernière release windows, la montre GPS d’il y a 10 ans qui fait encore très bien son boulot si on change la batterie etc …

Il est “amusant” de voir que ces décisions sont héritées de croyances américaines bien ancrées… et souvent fausses. Le premier prend tout, le plus gros prend tout, etc. Et tous les contre-exemples ne servent à rien (comme Nvidia avec le Shield).

Uber est le premier apparu dans sa branche et malgré les années, il n’a jamais été rentable. Youtube est le plus gros dans sa branche mais n’est pas rentable.

Je mets de côté les marques qui jouent sur le luxe. Celles-là ont des motifs différents et souvent une clientèle différente.

On peut multiplier les exemples de sociétés moins connues qui font des marges ou des choix techniques ridicules pour être les premières et qui ne peuvent arrêter car cela permettrait immédiatement à un concurrent d’apparaître.

Et c’est là tout l’intérêt du libre en effet.

1 J'aime

Un avantage avec les sociétés très connues c’est quelles sont très pointilleuses sur l’image qu’elles veulent projeter. Ce qui induit qu’elles ne supportent pas la polémique, et offre donc un bon levier bien efficace à toute communauté décidée, pour bloquer leurs décisions les plus absurdes. Pierre nous en avait montré récemment un joli exemple avec Sonos et son programme TradeUp. Ce qui légitime aussi le choix de @dda92, c’est une manière de faire plus onéreuse que le libre, et qui nécessite moins de temps de réalisation : “il suffit” de bien gagner sa vie, de faire une veille technique pointue sur les produits de la marque, de faire partie d’une communauté, puis de la monopoliser en réagissant aux anomalies les plus flagrantes. Bon y’a quand même du taff :stuck_out_tongue:

Mais leur image n’est mise en péril qu’avec des mouvements de masse quasi mondiaux. Combien de décisions défavorables à l’utilisateur sont passées “en force” parce que la mobilisation n’est pas assez forte. Et je comprends les utilisateurs, à quoi bon lutter quand tout le marché est comme ça.

L’exemple de Sonos que tu cites est un cas particulier : les usagers perdaient carrément leur investissement.

Honnêtement, je suis persuadé que l’arme la plus puissante des consommateur est le boycott. Et éventuellement un boycott sans pardon.

Tu as raison, et la démocratie marche de la même façon, des décisions qui ne conviennent pas au plus grand nombre, en comptant sur la fatigue des légions d’actifs qui n’ont ni le temps ni l’envie de répondre aux appels à mobilisation. La destruction récente de la représentation des salariés en entreprise procède du même immobilisme. Le vrai boycott des consommateurs est bien plus difficile à motiver, et il passe aussi par la mise en question de l’image de la marque.

Pour Sonos je ne pense pas que le cas soit si particulier, les devices jetés à la suite d’une mise-à-jour logicielle sont nombreux, avec ceux qui ne peuvent plus être mis-à-jour. Leur valeur économique s’écroule aussi, sans raison technique.

Oui et non. Si tu veux un boycott massif et organisé, alors oui : il n’a pas de raison d’être plus facile à obtenir qu’une mobilisation de même ampleur. Mais si on veux bien promouvoir l’idée que tout boycott a une valeur, même moi tout seul dans mon coin, alors il est très facile au contraire.

Le but est juste de dire : si les agissements d’une société, d’une personne politique ou de n’importe quel autre acteur de la vie sociale ne te conviennent pas, renonce à ce qu’ils peuvent t’apporter et compense autrement. Ne cherche pas à savoir si c’est efficace, fait le juste.

J’ai vu des Allemands obtenir comme ça des victoires spectaculaires. Et quand je leur demandais s’ils pensaient obtenir gain de cause, ils me répondaient que ça n’avait pas d’importance : l’effort est faible et la satisfaction de ne pas se laisser faire compense.

Évidemment, il faudrait que l’on dépasse en France le discours qui depuis trente ou quarante ans décrit le boycott comme une réaction puérile et sans efficacité.

1 J'aime

Je suis tout à fait d’accord avec votre discours. Et, en même temps, j’ai bien l’impression que si le boycott n’est pas réalisé en masse, alors il n’aura pas le même impact. Or, c’est toujours bien plus compliqué d’avoir de telles actions réalisées par le plus grand nombre, non ?

Non et oui.

Oui, il est difficile d’avoir un boycott suivi “en masse”. Tout aussi difficile qu’une mobilisation dans la rue.

Non, un boycott faible a un effet important. Il n’est pas utile contrairement à une manifestation qu’il soit massivement suivi pour qu’une société s’en inquiète. Aucune entreprise ne crache sur 5 % de ses ventes. Il y en a qui se battent pour gratter 1 % de plus. Surtout en milieu concurrentiel.

Les plus vieux d’entre nous se souviennent peut-être du boycott de la viande de veau. Qui a amené à interdire les hormones de croissance dans l’élevage bovin. Ce boycott massif a mis à genoux la filière de la viande bovine en France. C’est depuis cette époque si je ne me trompe pas que le boycott est présenté par les pouvoirs publics comme dangereux, irresponsable et inutile. C’est oublier qu’il a amené une réelle amélioration de la filière de la viande qui a pu mieux s’exporter par la suite… même si ça n’a pas duré. mais c’est une autre histoire.